Avertir le modérateur

24/04/2008

La fidélité, ça paie !

Si elle se confirme, l’affaire risque de faire grand bruit. Les policiers escortant les immigrés en situation irrégulière lors de leur expulsion par avion bénéficieraient des «miles» accordés par les compagnies aériennes à leurs clients fidèles, selon une information du «Canard enchaîné».
 
«Ce système n'est pas illégal», a souligné le ministère de l’Intérieur à l’AFP, ajoutant qu'«avant même la parution de l'article, le ministère avait déjà envisagé de modifier sur ce point précis le prochain contrat» avec les transporteurs. «Sans compter que de nombreux flics bénéficient, du coup, du statut Gold, réservé aux hommes d'affaires qui voyagent régulièrement aux frais de leur entreprise», ajoute l'hebdomadaire.
 
«A raison de 23.000 éloignements en 2007, selon le ministère de l'Intérieur, et sachant qu'en moyenne trois policiers accompagnent celui qui va être expulsé, voilà de quoi se constituer assez vite un joli stock de voyages gratuits sur le dos des clandestins», affirme le journal, qui cite des agents d'escale d'Air France à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Des chiffres contestés par le ministère qui fait valoir que sur quelque 23.000 expulsions par an, toutes ne se font pas en avion. Seul un tiers de celles réalisées par voie aérienne nécessite une escorte, de un à trois policiers, souligne encore le ministère.
 
Contactée par l'AFP, Air France, qui transporte l'immense majorité des immigrés expulsés par avion, s'est refusée à tout commentaire.

Source 20 minutes.

08/04/2008

Panique chez les flics

La flamme olympique à Paris

06/04/2008

Répondez leur avec humour

02/04/2008

Le tribunal donne raison au Comoedia contre UGC

Source Libé Lyon 

c60d9a60988eb2d428ed0f6565c20598.jpgDavid a claqué le beignet de Goliath. Le groupe UGC a été débouté, lundi par le juge des référés du tribunal de Grande Instance de Lyon, de ses poursuites pour contrefaçon contre Le Comoedia, cinéma art et essai situé dans le 7e arrondissement de Lyon. Ancien propriétaire de la salle, de 1993 à 2003, sous l’appellation «UGC-Comoedia», le groupe reprochait aux nouveaux propriétaires l’utilisation du nom «Comoedia». Que porte pourtant ce cinéma depuis 1924…

Dans ses attendus, le tribunal souligne le caractère «abusif» de la demande d'UGC, qui ne subissait aucun préjudice. Dans sa requête, le groupe demandait que le Comoedia ne s’appelle plus Comoedia, que le nom ne figure plus sur le site internet, ni sur aucune publicité. Il réclamait en sus une astreinte de 50.000 euros par infraction constatée.

Le tribunal relève dans ses attendus que les nouveaux propriétaires utilisent la marque pour la seule exploitation d'une salle de cinéma, "alors que l'enregistrement de la marque ne vise pas explicitement un tel service". En outre, UGC n'a jamais utilisé la marque précise "Le Comoedia", et il ne l'utilise pas plus depuis la fin de l'exploitation de la salle, en 2003. Le public ne pouvait donc confondre cette marque avec le nom qu'un vieux cinéma porte depuis 1924. Le tribunal déboute donc de toutes ses demandes UGC.

Le groupe, qui multiplie les plaintes contre le nouvel exploitant du Comoedia, est par ailleurs condamné pour procédure abusive (cela arrive lorsque l'action en justice révèle une intention de nuire). Il devra verser pour cela 3.000 euros de dommages et intérêts à Marc Bonny, co-propriétaire du Comoedia. Retour aux débuts du cinéma : l'arroseur est bien arrosé.

« Cette décision est très satisfaisante pour nous, se félicite M° Philippe Genin, avocat du Comoedia. UGC est débouté, condamné, et le tribunal a mis en évidence le fait que la démarche du groupe était simplement d’empêcher d’autres d’exploiter le nom Comoedia, puisqu’UGC n’a pas montré son intention d’utiliser cette marque.» Reste cependant (au moins) une audience pour confirmer cette première ordonnance de référé.

Cinéma de quartier, le Comoedia avait été fondé en 1914 par un forain. Un fromager, Lapouble, en avait fait l’acquisition et l'avait l'avait rebaptisé Comoedia. En 1987, les descendants Lapouble avaient officiellement déposé le nom Le Comoedia. Et lorsqu’en 1993, ils avaient vendu à UGC la société d'exploitation, le grand groupe français avait récupéré le nom, pour y ajouter sa propre marque.

Durant dix ans, l’UGC Comoedia est resté un cinéma de quartier plutôt convivial, mêlant programmation grand public et films en VO. Mais en 2003, UGC a choisi de fermer purement et simplement la salle, en la vendant à un promoteur. Deux passionnés de cinéma, Marc Bonny et Marc Guidoni, ont alors décidé de redonner vie à cette salle historique. Grâce notamment au soutien financier du CNC, ils ont pu rénover entièrement le Comoedia ,pour en faire un cinéma de quartier, à la fois exigeant et familial.

Depuis la réouverture du Comoedia en 2006, les procédures se sont multipliées. De la part d’UGC, mais aussi d’Uniciné, groupement regroupant les principaux exploitants français (dont UGC), qui contestent l’attribution de subventions de la part du CNC. Ces assauts inquiètent fortement les réseaux de cinéma indépendants lyonnais. Alors que l’agglomération vient d’inaugurer son quatrième multiplexe (Pathé, à Vaise, ouvert en janvier dernier) et s’apprête à en accueillir deux autres en 2009 (à Vaulx-en-Velin puis au Confluent).
A.Gd.

Lire aussi sur LibéLyon toute l'histoire du Comoedia

01/04/2008

Fitna

 
 
A visionner tranquillement et à commenter ensuite tout aussi tranquillement.
 

28/03/2008

Ca c'est Palace

827534620.jpgElle a la classe Mame Sarkozy vous ne 1116906427.JPGtrouvez pas ?

Message à l'attention de toutes mes copines qui se demandent ce qu'il faut faire pour avouar la Klasse : faites comme elle !

Et soyez un peu italienne en plus !

Pronto Pibi ? Como e bella la Carla ! Comme nous ? Oui ma biche je sais.

Le seul truc qui m'inquiète pour elle c'est que les tabloids voient en elle la nouvelle Diana. Ne nous portez pas malheur, un seul monument moche au pont de l'Alma ça suffit.

Tu ne la trouves pas un peu maigre quand même Cath ? Elle n'a pas du manger assez de couscous dans sa jeunesse celle là.

Je suis quand même très chagrinée ce matin parce que cette rubrique "et si on disait du mal" à laquelle je tiens beaucoup est très menacée parce que dire du mal sur Internet c'est pas bien et que si j'ai tout compris on risque tous de se retrouver en prison.

Mais comme je l'ai dit à Nicolas J. (à ne pas confondre avec Nicolas S.) aller en tôle d'accord mais à l'unique condition de se retrouver dans la même cellule.

Palace, Palace, ça c'est Palace...

 

Palace - la Partouze
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu